Né à Troyes en 1965, j'ai toujours aimé l'image et cet outil magique qu'est l'appareil photographique. En 1993, lors d'un stage d'initiation à la photographie noir et blanc, dans l'intimité du laboratoire,  je découvre la magie de l'apparition de l'image dans le bain de révélateur.

 

    L'important est de réussir à saisir une émotion puis de tenter à travers un tirage, de la faire partager aux autres. L'utilisation du noir et blanc pour représenter le monde, permet d'en offrir une vision différente, dans laquelle la gamme de gris, les ombres, les lumières, les formes, doivent se révéler.

 

    Ma démarche est artisanale et de par son côté entièrement manuel, va à contre courant. Elle perpétue un savoir faire datant de la fin du XIXème siècle.

Un film noir et blanc, un appareil photographique du siècle dernier, de la lumière,  de la chimie: un négatif. Un papier baryté, un agrandisseur, de la lumière, de la chimie, un tirage: le positif.

Voilà en quelques mots le travail dont il est question. Sans lumière il ne peut y avoir de photographie.

Je pratique une photographie sensible à la lumière dans toutes ses étapes, de la prise de vue, jusqu'à son aboutissement, le tirage gélatino-argentique sur papier baryté.

Chaque nouveau négatif, telle une partition musicale, doit être interprété au plus juste de ce que veut dire l'auteur. Chaque nouveau négatif est un défi dans le seul but de réaliser un positif digne de devenir un tirage d'exposition.

 

    L'obtention de ce tirage d'exposition est le résultat d'un travail long et minutieux. A mes yeux, il  n'est pas seulement une image, il est devenu un objet, que l'on manipule avec des gants, que l'on protège avec un passe partout et que l'on encadre sous verre.

 

                                                                                                                               Yannick Michel

 

 

 

 

 

 

Yannick Michel 2014. Proudly created with Wix.com